Madre de Dios

La région Madre de Dios se trouve dans la zone sud est du pays. Au nord elle est délimitée par la région d’Ucayali, au sud et à l’ouest par Puno et à l’est par le Brésil et la Bolivie. Son territoire abrite des zones de haute jungle et de basse jungle, avec un climat tropical chaud et humide et des pluies de novembre à avril. La température moyenne annuelle est de 25°C.

Elle a une extension de 85 183 km2 et a une population d’à peine 50 000 habitants et la capitale est Puerto Maldonado.

La réserve nationale de Tampopata – Candamo, la réserve de la Biosphère du Manú. Observation de la faune et de la flore.

Colpa de Guacamayos de Colorado (Tambopata)
À l’intérieur de la Reserve nationale de Tambopata et à 150 km de la ville de Puerto Maldonado (12 heures par bateau).
Point de rencontre des aras, sur les rives du fleuve dont les sols ont été enrichis en sels minéraux par les processus d’érosion. Elle mesure environ 50 mètres de haut et 500 mètres de large et elle est considérée comme la plus importante de l’Amazonie péruvienne. Six espèces différentes d’aras, de perroquets et de perruches s’y retrouvent chaque matin. Les oiseaux colorés voltigent avant d’entamer le rite du « colpeo » qui consiste à ingérer l’argile qui se trouve dans le ravin et qui leur sert de complément alimentaire. Après être restés entre 25 et 30 minutes, ils s’en vont pour revenir le jour suivant. Des tapirs, des capybaras et des écureuils viennent aussi à l’occasion. A la cime des arbres on peut observer plusieurs espèces de singes, comme le capucin, le titi et parfois le singe-araignée.

Lac Sandoval (Tambopata)
À 10 km de la ville de Puerto Maldonado (30 minutes avec un bateau de 55 cv). Pour arriver au lac, il faut marcher 5 km depuis la rive du fleuve dans les terres (1 heure 30 à pied).
C’est l’une des principales destinations touristiques de Madre de Dios. Environ 3 km de long, sur 1 km de large et 3 mètres de profondeur. Ses eaux ont une température moyenne de 26 °C et sont très poissonneuses. Il est entouré de vastes zones marécageuses où pousse un palmier nommé aguaje, parmi d’autres espèces exotiques. Parmi les végétaux, on observe en particulier les orchidées, les heliconias (bec de perroquet), les palmiers ungurahuis, les kapokiers, les acajous et les palmiers mauritias qui mesurent jusqu’à 30 mètres de haut. Il abrite à une grande variété d’oiseaux comme les cormorans, les toucans, les aras, les perroquets, les kamichis cornus et les hérons auxquels s’ajoute une sorte de poule sauvage très colorée nommée “hoazin huppé” dont la tête est ornée d’une crête de plumes. Citons également les tapirs, les tortues et les loutres ou “loups de rivière”, ainsi que diverses espèces de lézards, parmi lesquelles le lézard noir.

Lac Valencia (Tambopata)
À 60 km de la ville de Puerto Maldonado (4 heures en bateau de 55 cv).
Lac de 15 km de long sur 800 mètres de large et 15 mètres de profondeur. C’est un lieu privilégié en raison de la présence d’arbres tels que l’aulne péruvien, le balata, le cèdre, le kapokier, le palmito (euterpe edulis) et le châtaignier. Au sein de sa faune, on distingue les dindons sauvages, les tortues (arrau et charbonnières à pattes jaunes), les lézards, les singes, les cormorans et les hérons. La richesse de ses eaux a permis aux communautés d’Huarayos, ainsi qu’aux colons qui se sont installés dans les environs, de pratiquer la pêche de girelles, de palomètes, de dorados, de piranhas et de paiches, cette dernière espèce ayant été introduite dans le lac. La cueillette des châtaignes constitue une autre activité économique importante de la région.

Parc national Bahuaja-Sonene (Tambopata)
À 90 km de la ville de Puerto Maldonado (5 heures en bateau de 55 cv).
Mis en place pour protéger l’unique savane tropicale humide du Pérou. Il est situé entre les régions de Madre de Dios et de Puno et s’étend sur les provinces de Tambopata, Carabaya et Sandia. Sa superficie est de 1 091 416 hectares et son territoire s’étend également en Bolivie. Parmi les animaux les plus importants que l’on peut observer, se trouvent le loup à crinière, les cerfs des marais, le tamanoir géant, la loutre géante, le chien des buissons, le lézard noir et la harpie féroce.

Réserve nationale de Tambopata
À 45 km de la ville de Puerto Maldonado (2 heures en bateau à moteur). Il est également possible d’emprunter un chemin alternatif de 25 km de route (en 4×4) jusqu’au village d’Infierno, suivis de 2 heures de bateau à moteur de 55cv, sur le fleuve, jusqu’à la réserve.
Entre les bassins du fleuve Tambopata et de la rivière Heath, se trouve une réserve de 274 690 hectares qui couvre la région de Madre de Dios et de Puno. Elle offre une biodiversité d’une richesse incalculable. On y a recensé 632 espèces d’oiseaux, 1 200 de papillons, 169 de mammifères, 205 de poissons, 103 d’amphibiens et 67 de reptiles. Sa végétation est typique des régions tropicales. Parmi ses écosystèmes les plus répandus se trouvent les aguajales (type de palmeraie), les marais, les pacales (type de bambouseraie) et les forêts côtières, dont les caractéristiques permettent aux habitants l’utilisation des ressources naturelles. Pour y pénétrer, il est nécessaire d’obtenir l’autorisation du Service national des aires naturelles protégées (SERNANP).

Parc national du Manu (Manu)
À 280 km de la ville de Cuzco par la route Cuzco – Paucartambo (10 heures en 4×4) jusqu’à la localité d’Atalaya, en continuant par le fleuve jusqu’à la localité Boca Manu (7 heures par bateau). Il faut ensuite suivre le fleuve Manu pour pénétrer dans le parc. Il est également possible d’atteindre Boca Manu par avion de tourisme depuis la ville de Cuzco (45 minutes).

Elle couvre les régions de Cuzco et de Madre de Dios, avec une superficie de 1 716 295,22 hectares. Depuis 1977, elle constitue le cœur de la réserve de biosphère de Manu, déclarée Patrimoine naturel de l’humanité par l’UNESCO en 1987. Le parc est orienté vers la recherche, l’éducation et les loisirs, de même qu’il contribue à la préservation du patrimoine archéologique. Sa présence contribue également à la reconnaissance et à la protection de la diversité culturelle. Elle recense plus d’un millier d’espèces d’oiseaux, comme la harpie féroce, le jabiru, l’ouette de l’Orénoque, le coq-de-roche et la spatule rosée, ainsi que 200 espèces de mammifères tels que le singe laineux à queue jaune, l’atèle à tête noire, la loutre, le jaguar, l’oncille, l’ours à lunettes et le taruca, sans compter plus de 100 espèces de chauves-souris. On peut en outre y observer des arbres de plus de 45 mètres de haut et de 3 mètres de diamètre. Les espèces les plus caractéristiques sont le kapokier ou fromager, le cético, le balsa, le cèdre, le tornillo (cedrelinga catenaeformis) et le figuier étrangleur. Actuellement, 30 communautés rurales de langue quechua, ainsi que de nombreuses populations indigènes amazoniennes, comme les Matsiguenkas, les Amahuacas, les Yaminahuas, les Piros, les Amarakaeris, les Huashipaires et les Nahuas vivent dans ce lieu.

Masato
Boisson à base de manioc cuit, écrasé et fermenté, avec de la patate douce ou du sucre.

Inchicapi
Soupe de poulet à la châtaigne et au riz.

Tacacho et viande séchée
Banane rôtie ou frite, écrasée avec du saindoux, accompagnée de viande séchée.

Juane
Plat à base de riz au curcuma et de morceaux de poulet enveloppés dans une feuille de bijao.

Carnavals
Du 01 février au 31 mars 2015
Sont organisées défilé dans les rues principales de la ville, des concours de reines de beauté, ainsi que le choix de Miss Manguare et le roi Momo.

Fête de la Saint-Jean
Le 24 juin 2015
La fête de San Juan Bautista est symbolique, car elle célèbre l’eau comme un élément essentiel dans toute l’Amazonie. Vous pouvez entendre des groupes locaux et des plats de dégustation du département

Anniversaire de Puerto Maldonado
Le 10 juillet 2015
Pendant une semaine il ya des diverses compétitions comme les courses et moto de course, des dégustations et des élections de reines de beauté.

IDEAL POUR LES OBSERVATEURS D’OISEAUX
Sans nul doute, il existe peu de pays dans le monde dans lesquels les amoureux des oiseaux peuvent se délecter autant qu’au Pérou et avoir l’opportunité d’observer 115 espèces endémiques et certaines très rares et aussi plus de 60 espèces migratoires.

Le Pérou offre l’opportunité de découvrir de nouvelles espèces Dans des zones reculées et peu explorées. En 1973 on connaissait à peine 1542 espèces d’oiseaux et aujourd’hui ce chiffre est passé à 1816. C’est une hausse considérable en 30 ans, et plusieurs d’entre elles ont été décrites comme étant de nouvelles espèces.

Pourquoi voyager avec

Peru Inkas Routes

Agence locale francophone créateur de voyages en groupe et sur mesure

Avis de voyageurs

LES RAISONS

Abrir chat