9-Actualité_04

Pérou

Le nouveau musée Sanctuaire archéologique de Pachacamac a ouvert ses portes

26/02/2016

Voilà une nouvelle qui va réjouir, entre autres, les touristes du monde entier amateurs de la période précolombienne, le Pérou a inauguré le 15 février le nouveau musée Sanctuaire archéologique de Pachacamac dans la vallée de Lurín, au sud de la capitale Lima. La ministre de la Culture, Diana Álvarez-Calderón, a participé à l’événement inaugural de la nouvelle enceinte qui propose une collection de 277 objets, parmi lesquels des textiles, des céramiques, des objets en bois découverts dans le sanctuaire archéologique de Pachacamac, et la pièce éponyme, à savoir une idole, qui constitue le joyau de ce nouveau lieu.

Le président du Conseil des ministres, Pedro Cateriano, a affirmé aux médias qu’ »un musée est l’âme vivante d’une nation » et « a incité les citoyens à prendre connaissance » de son passé.
Cateriano a évoqué la profonde « conviction » du gouvernement du président de la République Ollanta Humala à mettre en avant l’éducation et la culture, et a souligné que, depuis son mandat débuté en 2011, le Musée d’art de Lima a été rénové et le Musée national d’archéologie, anthropologie et d’histoire a été reconstruit.

Il a ajouté « cette inauguration me remplit de satisfaction, car respecter la citoyenneté est une obligation de l’Etat ». Le sanctuaire archéologique de Pachacamac, situé dans la vallée de Lurin, a abrité pendant plus de 1000 ans les cultures de Lima, Wari et Inca Ychma. À l’arrivée des conquistadors espagnols en 1533, Pachacamac constituait le sanctuaire le plus important de la côte, comme on peut le lire dans les récits des chroniqueurs, seuls témoignages écrits de la période précoloniale. L’abandon du sanctuaire de Pachacamac date de l’époque coloniale. Au fil de temps, des chercheurs de pointe comme Max Uhle, Julio C. Tello, Arturo Jiménez Borja, entre autres, ont contribué à mener des recherches majeures sur la zone du sanctuaire.

9-Actualité_18

Pérou

Un patrimoine culturel et religieux qui fait sa singularité. Entre syncrétisme et métissage

23/02/2016

Les autorités péruviennes ont parfaitement conscience de la richesse de leur patrimoine culturel, à l’heure où les touristes sont de plus en plus nombreux à fouler la terre des Incas en quête des vestiges du passé, il s’agit de mettre en valeur et de protéger ce qui fait la singularité de ce pays sud-américain. Le Pérou, marqué par son histoire précolombienne et par un profond métissage culturel et syncrétisme religieux induit par la Conquête et la Colonisation menée par les Espagnols, se fait un devoir de préserver son identité.

Ainsi, c’est une tradition religieuse qui a été inscrite le 9 février dernier au Patrimoine culturel de la Nation, il s’agit de la fête consacrée à Saint François d’Assise, célébrée chaque année entre le mois de septembre et d’octobre dans la région de Libertad (province de Sánchez Carrión).